Pages: << 1 ... 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ... 41 >>

07.11.07

Permalien 21:58:40, par Denis Email , 239 mots   French (FR) latin1
Catégories: Des hauts et des bas (débats ?) d'humeur

Un peu de littérature étudiante

Pour ceux qui n'ont pas l'occasion d'aller draguer les étudiantes (ou les étudiants) à la sortie des facs et par la même occasion de ramasser les tracts qui y sont distribués, voici une reproduction qui en dit long sur le chemin qui reste à parcourir pour la réconciliation de la grande masse des étudiants (surtout les étudiants en lettres et sciences humaines ?) avec l'économie de marché et les entreprises privées, pourtant principales pourvoyeuses d'emplois à la sortie des universités. Cette version numérisée n'étant pas très lisible (j'en suis désolé, mais c'est ce que j'ai pu obtenir de mieux), je reproduis ci-dessous les meilleurs extraits : "Cette loi permet un désengagement financier de l'Etat au profit des entreprises et des intérêts privés. Par leur présence accrue dans les conseils, ils influenceront forcement le contenu des cours. Les universités auront ainsi moins de financement pour les filières considérées comme non-rentables par les nouveaux financeurs. Elles seront gérées comme des entreprises sur des bases de rentabilité: mise concurrence des universités et des personnels, précarisation et dégradation des conditions de travail et des salaires, concentration des pouvoirs au sein des conseils d'administration et dans les mains du président de l'université. La loi instaure également une pré-sélection des lycéens à l'entrée de l'université." Bilan : une balle dans chaque pied

06.11.07

Permalien 22:26:24, par Denis Email , 232 mots   French (FR) latin1
Catégories: En quête de rupture

Moi, Denis D., 39 ans, contribuable sacrifié

La révolte gronde dans les universités. Les préavis de grève reconductible sont déposés dans les transports publics. La coalition des éternels opposants aux réformes (pourtant édulcorées) se met doucement en place. Le système est en échec, en faillite, mais ils veulent le laisser en l’état. Les uns à leur propre profit et par imposture (la défense des services publics). Les autres à leur (futur) détriment et sous le coup de la manipulation (bravo Bruno Julliard). De l’autre côté, le Président et son gouvernement. Ayant su, le temps le temps d’une campagne, saisir l’air du temps et nous faire moult promesses. Mais quand le temps fût venu, ce ne fût que rustines et succédanés en guise de gains de pouvoir d’achat. Au milieu, vous, moi, nous. Condamnés à trimer pour assurer la continuité du système. Impuissants à faire entendre notre voix en bloquant le pays ou en allant battre le pavé dans le Quartier Latin. Occupés que nous sommes à faire tourner nos entreprises ou à assurer la continuité d’exploitation de celles qui nous emploient et nous rémunèrent. Que faire alors lorsque la crise viendra ? Prendre le maquis ? S’abonner à TPS ? Organiser des contre-manifs ? Recommencer à fumer ? Moi, je vais peut-être commencer par aller acheter un paquet de clopes. Et vous ?

01.11.07

Permalien 10:00:45, par Denis Email , 13 mots   French (FR) latin1
Catégories: Le Temps d'Agir

Parti pour 4 jours...

dans une maison à la campagne où il n'y a pas d'accès Internet.

31.10.07

Permalien 17:38:21, par Denis Email , 278 mots   French (FR) latin1
Catégories: Médias

Facebook pour les ringards comme moi

Dans le flot de messages publicitaires aux titres plus évocateurs les uns que les autres ("Félicitations ! Vous venez de gagner 300 euros en jetons de casino !" ou "Buy now Viagra 100mg x 90 pills US $ 159.95" – comme si j’en avais besoin… - ou encore "Experience astonishing sensations in bed with your new big penis" - là peut-être, et je ne résiste pas à la tentation de mettre le lien) qui inondent la boîte mail dont l’adresse figure sur ce site, un message a récemment attiré mon attention : "Laurence Thurion added you as a friend on Facebook..." Le nom ne m’étant pas inconnu (même si je ne goûte guère ce genre d’accointance), j’ai ouvert le message et là, j’ai découvert le monde insoupçonné de Facebook. Conscient d’être totalement has been et ringard (40 ans en juin prochain, vous imaginez…), j’ai tenté de me persuader de l’intérêt que pouvaient trouver des plus jeunes que moi d’au moins 10 ans à se retrouver sur Facebook, même si le financier que je reste a quand même un peu tiqué à l’annonce d’une valorisation implicite de 15 milliards de dollars (Microsoft a acquis 1,6 % pour 240 millions de dollars) pour les perspectives publicitaires qu'ouvrirait ce site de socialisation pour jeunes et peut-être moins jeunes. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé chez un jeune mais prometteur blogueur (il semble avoir été à bonne école) une analyse sans concession en deux billets de l'utilisation du phénomène Facebook par la sphère politique. Allez, dans une grosse dizaine d’années, je pourrai toujours m’inscrire sur Saga Zone
Permalien 15:19:44, par Denis Email , 109 mots   French (FR) latin1
Catégories: Divers

L’anglais (gratuit) pour les nuls comme moi

Pour ceux qui, comme moi, ont laissé leur anglais se rouiller faute de s’en servir à titre professionnel, et qui ont envie (ou besoin) de le dérouiller (pour se préparer à affronter la concurrence des Indiens et des Chinois en 2015…), voici deux sites accessibles gratuitement * English, baby ! pour réviser son anglais de façon ludique avec l’actualité cinématographique ou musicale ou la vie des people, * English Toolbox où la lecture de The English Lesson (en bas de la page d’accueil) est un exercice digne de la dictée de Mérimée. Mise à jour du 21 novembre : La BBC propose aussi un site d'apprentissage gratuit.

29.10.07

Permalien 22:07:20, par Denis Email , 120 mots   French (FR) latin1
Catégories: En quête de rupture

Mais où est donc passé le Conseil pour la Diffusion de la Culture Economique ?

Plus d’un an après le lancement en grande pompe par Thierry Breton du Conseil pour la Diffusion de la Culture Economique (CODICE), qui devait réconcilier les Français avec l’économie, personne n’a entendu parler de l’once du début d’une action menée sur le sujet. Combien d’années passeront avant que la Cour des Comptes préconise la suppression de cet organisme mort-né ? Et combien d’années supplémentaires faudra-t-il au gouvernement pour appliquer la préconisation de la Cour des Comptes ? La seule fois où cet énième avatar du modèle français de pensée unique a fait parler de lui ces derniers mois, c’est ici...

28.10.07

Permalien 18:48:07, par Denis Email , 1012 mots   French (FR) latin1
Catégories: Situation économique, International

Vers le déclin de l’empire américano-occidental ?

Les livres d’histoire nous enseignent que tous les empires, quels qu’ils soient (égyptien, grec, romain, napoléonien etc) finissent par décliner (Le Monde avait consacré une "série de l’été" en 1992 au thème de la fin des empires). Les livres d’histoire qui seront publiés dans quelques siècles voire même avant, raconteront-ils quant à eux que l’empire américano-occidental, qui a dominé le monde pendant tout le XXe siècle, entama son déclin à l’orée du troisième millénaire ? D’aucuns jugeront sans doute une telle question comme symptomatique d’un cerveau détraqué et relevant plutôt du charlatanisme d’Elisabeth Teissier. Il n’empêche, et sans qu’il me vienne l’idée de me prendre pour un nouveau Nostradamus, la question m’avait effleuré l’esprit avant l’été, mais je n’avais pas pris le temps alors d’autre chose que de noter d’en faire un éventuel sujet de billet. Il a suffi que j’assiste jeudi dernier à une conférence professionnelle organisée par une société de multigestion alternative (en gros et en décodé, une société de gestion – asset management - qui sélectionne des fonds traditionnels et des hedge funds et y répartit ses investissements de façon à en réduire la volatilité à performance équivalente) pour qu’elle revienne me tarauder. Dans le grand bazar (au sens de lieu d’échange et de commerce) qu’est devenue l’économie mondiale, le Président de cette filiale d’un acteur de renom de la gestion identifiait trois groupes plus ou moins homogènes disposant chacun d’un avantage concurrentiel spécifique : * un premier groupe de pays, composé des Etats-Unis, des pays d’Europe (occidentale surtout) et du Japon, qui sont encore aujourd’hui les principaux détenteurs, développeurs et pourvoyeurs de savoir-faire industriels et de technologies (médicales, informatiques etc). * un deuxième groupe de pays disposant des réserves significatives de ressources naturelles (matières premières agricoles, énergétiques ou minières) : la Russie, le Brésil, les membres de l’OPEP. * un troisième et dernier groupe constitué des réservoirs de main d’œuvre bon marché que sont la Chine et l’Inde, et accessoirement les pays du Maghreb et d’Asie du Sud-Est. Surtout, il s’interrogeait sur ce qu’il qualifiait de "contrecoup de 2015", quand arriveront à maturité les centaines de milliers (millions ?) de PdD, ingénieurs et doctorants chinois et indiens capables de rivaliser avec nos meilleurs chercheurs et donc de remettre en question l’avantage concurrentiel en matière de technologies dont disposent nos économies développées. Nous n’avons déjà pas su nous préparer ni même nous adapter, tout du moins en France, aux deux premiers chocs qu’ont été le vieillissement démographique et la concurrence de la main d’œuvre peu qualifiée et des bas salaires. Ce troisième choc, qui verra nos activités à forte valeur ajoutée, les plus créatrices de richesse, celles qui inondent ensuite le reste de nos économies, concurrencées par deux pays représentant presque la moitié de la population mondiale, pourrait bien avoir des conséquences sans précédent sur notre niveau de vie et la répartition des richesses au sein de nos sociétés développées. Ce nouveau coup de boutoir fera-t-il basculer à leur tour des bataillons de cols blancs dans la précarité ? Cela rejoint d’ailleurs une interrogation quant à l’évolution possible du capitalisme financier, interrogation qui m’avait inspiré il y a quelques temps l’idée d’un autre roman d’anticipation économique que j’avais projeté d’intituler "No future". Un projet resté mort-né faute de temps, mais dont je vous livre quand même les quelques lignes qui en existent, aussi incomplètes et imparfaites soient-elles, en guise d’invitation à la prospective et au débat : " Le rat s’était immobilisé et fixait Luigi de son œil rond. Il était apparu au sommet de la montagne de détritus où Luigi tentait de trouver quelques déchets de nourriture. Il semblait avoir surgi de nulle part. Toujours accroupi, sans faire de geste brusque pour ne pas l’effrayer, Luigi serra plus fort le manche du couteau de cuisine rouillé qui lui servait d’arme de chasse. Luigi vivait dans le no man’s land de ce qui se trouvait être l’ancien territoire de la France. Les anciens pays étaient devenus autant de provinces dépendant chacune d’une Autorité Centrale, et leur territoire était désormais divisé en trois zones de vie : la "zone résidentielle", le "mittelstand" et enfin le "no man’s land". La zone résidentielle, réservée aux classes sociales supérieures, était elle-même composée de trois secteurs. En secteur A étaient autorisés à s’installer les personnes pouvant justifier auprès de l’Autorité Centrale d’un patrimoine net au moins égal à 5 millions de dollars, les cadres dirigeants de la cinquantaine de groupes financiers contrôlant l’économie mondiale et les fonctionnaires de classe alpha de l’Autorité Centrale. En secteur B résidaient les détenteurs d’un patrimoine net compris entre 1 et 5 millions de dollars, les cadres supérieurs des groupes financiers et les fonctionnaires de classe bêta. Le secteur C était habité par ceux qui possédaient un patrimoine net compris entre 100.000 et 1 million de dollars, les cadres subalternes des groupes financiers et les fonctionnaires de classe gamma. Venaient ensuite les deux autres zones de vie : le mittelstand, où trouvaient refuge les couches intermédiaires de la population, et le no man’s land, où étaient consignés tous ceux auxquels l’accès aux autres zones était interdit, ceux qu’on aurait pu qualifier d’intouchables à l’instar de la caste qui avait existé dans le sous-continent indien avant l’avènement du Gouvernement Mondial. Après attribution, la zone de vie de chaque individu était consignée dans le Fichier Central."

26.10.07

Permalien 22:47:51, par Denis Email , 70 mots   French (FR) latin1
Catégories: Médias, Faillite des retraites et fracture générationnelle

Le temps qui passe...

Cela me rassure, je ne suis finalement pas le seul à ressentir et à pointer la fracture générationnelle qui devient de plus en plus béante. De façon plus anecdotique, on notera la photo de Cécilia page 51 de l'édition papier du Point (la photo ne figure pas sur le site). Seules les first ladies de plein droit ou de plein exercice auraient-elles droit aux photos retouchées ?

25.10.07

Permalien 21:59:15, par Denis Email , 82 mots   French (FR) latin1
Catégories: Le Temps d'Agir

Charrette

Pas trop le temps d'écrire en ce moment. Je dois contribuer au projet 2010 de mon entreprise et en plus, je suis sur un coup. Non, pas un coup comme ce que vous croyez, bande d'obsédés, mais un coup dans ce registre . J'essaie quand même de formaliser d'ici la fin du week-end ce que m'inspire la conférence sur l'emploi et le pouvoir d'achat de cette semaine. Parce qu'il y a quand même de quoi (mé)dire.

19.10.07

Permalien 07:44:07, par Denis Email , 278 mots   French (FR) latin1
Catégories: En quête de rupture

Réponse à Jacques Julliard

Dans son éditorial pour Libération du jour, Jacques Julliard se laisse aller à un jugement pour le moins hâtif quant à une prédendue absence de réaction des usagers des transports publics : "Qu’une grève déclenchée sur un objectif aussi discutable, aussi impopulaire que la défense des régimes spéciaux de retraite ait [...] provoqué si peu de protestations des usagers est le signe que la fusée Sarkozy est rentrée dans les couches basses de l’atmosphère." Il fallait qu'on fasse quoi, Monsieur Julliard, pour exprimer notre mécontentement et notre indignation ? Qu'on aille jouer les provocateurs aux abord de la manif en criant "bande de privilégiés" voire "tas d'enculés" et "mort aux cons" ? Qu'on aille casser du gréviste à coup de manches de pioche ? Je ne suis pas un aficionado de Nicolas Sarkozy, qui parle beaucoup plus qu'il n'agit et qui, lorsqu'il agit, le fait surtout au bénéfice des catégories les plus aisées, comme vous le soulignez d'ailleurs fort justement dans la suite de votre édito.Mais ne vous méprenez pas, Monsieur Julliard, la soif de rupture d'une majorité silencieuse et laborieuse reste forte et, malgré les quelques brebis galeuses qui se goinFrent chez EADS ou ailleurs (que là encore vous dénoncez à fort juste titre), ce ne sont pas les vieilles recettes d'un PS en panne idéologique qui permettront de l'étancher. MàJ du 20/10 à 6 h 26 : J'ai voulu réagir hier sur le site de Libé à l'édito de Jacques Julliard, mais la rédaction web de Libé n'a pas dû goûter ma prose puisque j'ai été censuré...

<< 1 ... 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ... 41 >>